AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 
Partagez | .
 

 Le chemin dans le sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moshia
Oeil de la Meute
avatar


Messages : 1261
Date d'inscription : 18/11/2013

Profil AoW
Ecole: Beggar
Talent: Ironie salvatrice
Métier: artisan/tailleur lvl10

MessageSujet: Le chemin dans le sang   Lun 25 Nov - 20:41

Dans une vielle bâtisse délabrée du petit bourg de Changma près de la passe de Tiejing, un ouvrage gît sur une paillasse.
Délavé par les intempéries, on peut encore distinguer les détails d'une peinture adroitement réalisée sur sa couverture. Malgré les pages
abîmés le contenu reste lisible. Un récit débute dès la première page dans un dialecte connu mais lointain.
Cela ressemble a un journal de bord.


-Aussi loin que je remonte dans ma mémoire, ma toute première image qui me revient est celle de ces nuages blancs, ventrus et immaculé comme le coton, qui
s'accrochent a ces hauts sommets enneigés, là ou vivent les Dieux.
De là haut on doit y voir le monde. Un jour je gravirais ces pentes hostiles, cet escalier abrupte qui mène a la demeure des esprits.

Voila les premiers mots que l'on peut lire. Une peinture encore très belle orne le reste de la page. On y voit une chaîne de montagne qui s'élève au dessus d'une vallée au creux de laquelle sont nichés
une poignée de maisonnettes.


-Ce sont surtout les sensations de faim et de froid qui me reviennent. Et la rage mêlée de tristesse. Depuis que mon frère a été enlevé je suis seul livré chaque nuit
aux morsures du froid et des animaux sauvages. Si ma faim n'était que mon seul soucis.
Je suis trop jeune pour être utile aux champs et dans les carrières et trop vieux pour être pris en pitié par une famille.
Ces bandits mon volé mes seules chances de survies en prenant mon frère!! Mais je suis libre moi! Et pas même des bandits ou autres malveillants ne m’enlèvera
la seule famille qu'il me reste!


                                             Sur ces pages, avec ces mots, je fait le serments que un jour je retrouverais mon frère!!

Chaque fois une nouvelle peinture accompagne une page. Toutes dégagent ces drôle de sentiments qui nous font ressentir la froideur de l'air ou la vivacité du
vent qui gifle, l'odeur des résineux au soleil de midi,etc... Chaque image vous donne l’impression d'être transposé a l'endroit même ou elle a été réalisé.
A mesure de l'avancée du journal, de plus en plus d'images prennent la place du texte. Jusqu'au moment ou quelqu'un redevient important dans la vie de l'auteur.  


-Je pouvais croire que quelque chose me sauverais en cas d'accident. Mais que ce soit un homme, je ne croyais plus cela possible.
Après t'en d'épreuves traversées au file des jours ou plutôt des ans maintenant, jamais personne ne m'a tendu la main quand j'était au sol. Au contraire, on m'envoyai
de préférence un coup de pied au fesses en riant de me voir gisant dans la boue.
Je me souviens de rien par contre. Juste d'un énorme fracas alors que je franchissait un col puis plus rien jusqu’à ce matin. J'ai ouvert les yeux dans cette chaleureuse
chaumière oui un feu crépitait non loin de la couche sur laquelle je me trouvais allongé. Le tout est en une pièce très spacieuse agrémenté simplement de l'utile.
C'est a ce jour que j'ai rencontré mon premier ami depuis mon frère. Bar Saumã, le nom de celui qui m'a sauvé.


Une image suit ces mots, le visage d'un homme au trait buriné par l'aire de la montagne possédant ce regard si profond qu'on y lit toute l’immensité des hautes cimes.  

-Moshia...Moshia...je me nomme Moshia. J'ai un prénom enfin! Que un prénom mais sais déjà ça maintenant on peut m'appeler, me nommer.... Merci pour tout Bar soit béni.... Cela me plait, Moshia...
-Je suis bien ici, adossé a la chaîne Kunlun face a l'invincible désert  Taklamakan. J'apprend un beau métier grâce a Bar et bientôt je taillerais aussi bien le jade que lui.
cependant je me fait du souci. Il est vieux et je sais pas si l'hiver prochain ne lui sera pas fatale. Pourquoi la brise de la vie laisse place a la tempête de la mort....


La suite devient illisible car maculé de sang sur une douzaine de pages. Puis on voit la peinture d'une tombe de fortune a côté de gravats et de cendres encore fumants. Puis une écriture tremblante éxplique:

-Nous nous couchions a peine que soudain la porte vola en éclats. Une voie vociférante nous sommais de donner les pierres. Les bandits...les sales porcs...que les
Dieux les punissent et que les esprits les tourmentes. Pendant dix années j'ai appris a vivre, a travailler, a penser presque a respirer avec l'honorable tailleur de pierre
Bar Saumã. Il m'a même nommé. Quand il m'a sauvé du doux sommeil du froid je n'était personne et on ne m'appelai pas. Maintenant je suis....grâce a toi je suis...
Je n'ai plus que une chose a faire. Partir a la recherche de ma vie et de mon chemin. Je me suis arrête de marcher dix ans, je me suis attaché a quelqu'un et résultat
je suis a nouveau seul et triste. Le chemin sera ma vie dorénavant, la solitude ma compagne et confidente... Je ne veux plus de souffrance...je m'appliquerait préserver la vie des plus faibles faces au vils mécréants que peut porter cette race.


Plus que des peintures remplissent les pages suivantes, et on peut y reconnaître la cordillère du Kunlun ainsi que toute la contrée de Qinghai jusqu'au désert de Anxi.
Non loin du lieu ou cet ouvrage a été retrouvé.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le chemin dans le sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Fer dans le sang
» Je suis dans la merde pour mon permis. Vélib et alcool.
» Randonnée du Chemin des Dames (Aisne). Septembre 2010
» Alfa dans le sang
» 6,17 g d’alcool dans le sang en scooter : un record
Panneau de contrôle
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ōkami :: Les terres de Jianghu (Forum RP) :: Le panthéon des Héros-