AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 
Partagez | .
 

 Origine rôle play de la guilde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akimitsu
Admin
avatar


Messages : 602
Date d'inscription : 16/11/2013

Profil AoW
Ecole: Emei
Talent: Chess Player Niv4
Métier: Herboriste Niv8

MessageSujet: Origine rôle play de la guilde   Lun 2 Déc - 2:35

Résumé du chapitre 1:
 

Résumé du chapitre 2:
 

Résumé du chapitre 3:
 


Dernière édition par Akimitsu le Jeu 30 Jan - 3:56, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://okami.forumzen.com
Akimitsu
Admin
avatar


Messages : 602
Date d'inscription : 16/11/2013

Profil AoW
Ecole: Emei
Talent: Chess Player Niv4
Métier: Herboriste Niv8

MessageSujet: Re: Origine rôle play de la guilde   Lun 2 Déc - 2:42




Je m'appelle Shuang Lee, inspecteur au sein de la garde royale sous la dynastie Ming. Il y a 2 mois, j'ai été muté à la préfecture de Suzhou à la demande du gouverneur local afin d’enquêter sur les clans sévissant dans la région. Pour mener à bien ma mission, on m'avait affecté 3 agents de terrain, une secrétaire à mi-temps et un bureau poussiéreux au coeur de la vieille ville. Des moyens dérisoires au vu de la tache à accomplir, mais j'étais habitué à me contenter de peu ; ma volonté sans faille, alimentée par mon ambition compensaient.


Le premier dossier qui me fut confié concernait une petite organisation de malfrats qui trempait dans diverses affaires de kidnappings et d'assassinats. Selon nos sources, le clan du Lotus, comme ils se faisait appeler, n'était composé que d'une dizaine d'hommes tous juste bons à malmener les veuves et écumer les tavernes. Pourtant nos premières investigations ne tardèrent pas à contredire ces informations devenue obsolètes. Avec le temps, le Lotus avait évolué, diversifié son activité et élargi sa main mise sur d'autres trafics comme celui de l'opium ou du sexe. Ce qui n'était à l'origine qu'un vulgaire groupe de pillards était devenu une véritable organisation, où chacun jouait son rôle, du plus anodin au plus vil.


Il fut décidé d'envoyer un espion. Sa mission consistait à infiltrer leur rang, en identifier les leaders et accumuler quelques preuves à leur encontre. Une fois ces documents en notre possession, nous devrions les remettre au Magistrat qui se chargerait de procéder aux arrestations et aux exécutions. Seulement, une semaine après son départ, en lieu et place de ces documents, l'administrateur reçut un colis provenant d'un expéditeur non identifié. A l'intérieur, nous trouvâmes les mains et les oreilles tranchées de mon agent dont je n'eus aucun mal à identifier les singularités. L'opération était un échec et à présent le Lotus était sur ses gardes.


Les ramifications du Lotus étaient à présent si vastes que j'en venais à douter de mes propres hommes. Chaque personne dans la rue, chaque commerçant étaient devenu suspect. Je ne pouvais plus faire confiance à l'administration de Suzhou. Je décidais donc d'écrire au gouverneur afin de le sensibiliser à la situation réelle et demander des mesures exceptionnelles. Il fut convenu dans le plus grand secret de faire intervenir des agents extérieurs ; chacun d'entre eux devant chercher en autonomie et par ses propres moyens à infiltrer l'organisation et en identifier puis confondre les leaders.


Pour plus de sécurité, il fut convenu qu'aucun contact n'aurait lieu avec les espions avant plusieurs mois et que leurs identités demeureraient secrètes aussi longtemps que durerait leur mission. Pour l'heure, il me faut donc attendre qu'ils me transmettent leur rapport et demeurer passif face à leur agissement. C'est lorsque le tigre s'endort qu'il faut lui trancher la tête.







Issue d'une famille aisée, on me destinait depuis mon jeune âge à devenir Geisha. En ce sens, mes parents m’avaient placée dans la meilleure institution du pays. On m'y enseignait la musique, la danse, la peinture mais aussi la politique et l'art de faire la conversation avec les grands de ce monde. Depuis l'âge de mes 12 ans donc, j'avais rejoint une sororité d'Emei au milieu desquels je grandissais, guidée par les arts et les études martiales. Mais au milieu de cette grâce et cette sagesse, je me sentais comme une tache de sang sur un kimono blanc. Jugée trop raide par mes professeurs de danse, trop dissipée dans mon taïchi, trop... Je ne me souviens plus du qualificatif qu'employait mon professeur de peinture ; mais chaque jour, il me faisait recouvrir ma toile pour que je recommence. En ce temps, la perspective de mon avenir ne me réjouissait guère et je sentais l'insatisfaction de mes proches en mes manières de faire. Aussi, lorsqu'une opportunité se présenta à moi, je n'hésitais pas longtemps pour la saisir...


Ce jour là, un agent du gouvernement était venu nous rendre visite à l'école. Il avait discuté quelques minutes avec notre Senpaï, puis était venu nous trouver au beau milieu de notre entrainement. Depuis plusieurs années déjà, le gouvernement avait pour habitude d'enrôler de jeunes Emeis encore en apprentissage ; l'enseignement que nous avions reçu jusqu'alors étant en parfaite adéquation avec les talents recherchés. Discrètes, habiles, rompues à l'art de la manipulation et pouvant user de leurs charmes pour parvenir à leur fin, nous faisions de parfaits agents d'infiltrations. Je me décidais à le suivre sur le conseil insistant de ma professeur de peinture trop heureuse de se débarrasser de moi. Je fis donc mes adieux au mont Emei et suivit l'homme jusqu'à Luoyang pour poursuivre ma formation.


Je passais deux années dans un univers militaire mais finalement pas si éloigné de ce que j'avais connu au sein de la sororité. On compléta mon enseignement afin de faire de moi "l'œil du gouverneur" et plutôt que je ne l'eus cru, je commençais à effectuer des missions. Je ne connaissais que rarement les enjeux de mes actes. Le plus souvent, il s'agissait simplement de porter un colis à des hommes dont j'ignorais jusqu'au nom ; ou encore à en accompagner un autre lors de réception mondaine. Avec le temps, ma fonction évolua. On me demandait plus souvent de suivre une cible durant plusieurs jours et de consigner ses faits dans un journal ou encore de dérober un document précis tandis que je participais à un diner. Mais jusqu'alors, je n'avais jamais agi en complète autonomie et j'avais toujours un tuteur pour garder un oeil sur moi...


Ce ne fût qu'au bout de plusieurs années que l'on me confia ma première mission d'envergure. Je devais infiltrer une organisation nommé "le Lotus" jusque dans ses plus hautes sphères et en faire le rapport une fois mon objectif atteint. La mission était dangereuse et je ne devrai reculer devant rien pour parvenir à me faire reconnaitre comme l'une des leurs. Je savais en acceptant cette tache qu'il me faudrait agir au delà de ma morale : J'en acceptais le poids et le prix.


Voici à présent plusieurs mois que j'évolue en leur sein. Il me faut avouer que la vie y est facile depuis que j'y suis devenu officier : Argent, pouvoir, ivresse. On se laisse vite griser par tant de largesse. Pour me faire accepter, j'ai commis les pires bassesses : Du simple vol au meurtre, il n'est pas un commandement d'Emei que je n'ai transgressé. Mais le plus grave n’est pas ces actes que je commets à des fins de justice, mais le plaisir que je commence à y prendre. Je dois garder la tête froide : Un jour, je serais celle qui tranchera la tête du tigre.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://okami.forumzen.com
 

Origine rôle play de la guilde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Aux sur autoradio d'origine
» Pneus Indice de charge Monte d'origine
» Jantes origine Porsche 911 (de 997) 19" + pneus
» Quelles sont les dimensions du caison d'origine pour 206cc
» pot d'origine raccourci et légèrement vidé...
Panneau de contrôle
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ōkami :: L'ambassade (Forum public) :: Le codex d'Ōkami-